TRIBUNE. Le philosophe considère que reprendre aujourd’hui le cliché d’une « voie unique » vers le progrès, comme le fait Emmanuel Macron, c’est refuser de tirer les leçons de la crise climatique et de voir les ruines qu’elle laisse derrière elle.