Dépasser les constats, mettre en œuvre les solutions – rapport du Haut Conseil pour le climat (29/06/2022)

France24  : « La réponse de la France au réchauffement climatique progresse mais reste insuffisante » .

  • Le rythme annuel de réduction des émissions de gaz à effet de serre doit doubler
  • Les politiques publiques sont encore trop peu alignées sur les ambitions
  • La planification écologique commence tout juste à prendre forme
  • La France n’est pas prête à faire face au réchauffement climatique

Le Monde met en avant les tensions au sein du Haut Conseil pour le climat, confronté à un manque de moyens et une crise interne suscitée par une première version du résumé du rapport jugée « trop complaisante » vis-à-vis du gouvernement par certains des membres.

Futura Sciences : Rapport annuel du Haut conseil pour le climat, il est grand temps de rendre notre réponse au changement climatique opérationnelle.

La Croix :  Le Haut Conseil pour le climat appelle le gouvernement à rehausser ses objectifs.
Un mois après la fin de la COP26, à Glasgow, le Haut Conseil pour le climat exhorte le gouvernement à « rehausser les objectifs 2030 de la France ». Pour limiter le réchauffement climatique, il faudrait réduire les émissions de 45 % d’ici à 2030, par rapport au niveau de 2010.

Novethic : C’est un appel à un « sursaut » qu’a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L’instance pointe un « risque majeur » de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, qui n’a pas passé l’étape cruciale des législatives, devrait être remplacée lors d’un remaniement annoncé dans les prochains jours.

Reporterre souligne la nécessité d’adaptation : La sobriété est une urgence

Le Haut Conseil pour le climat  : « Dépasser les constats, mettre en œuvre les solutions» dresse une analyse des impacts du changement climatique en France, des budgets carbone, du suivi de la SNBC2 et des politiques associées, et présente les recommandations du HCC pour un renforcement coordonné au niveau du Premier ministre de l’action climatique territoriale, nationale et internationale.

HAUT CONSEIL POUR LE CLIMAT, [en ligne], 29/06/2022 , Type : Rapport, consulté le 29/06/2022 –

Disponible à l’adresse :  https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/de-nouvelles-normales-pour-qualifier-le-climat-en-franceTélécharger le rapport complet


Redresser le cap, relancer la transition – Rapport annuel 2020

Si les émissions de la France ont bien diminué de 0,9% en 2019, la réduction des émissions de gaz à effet de serre reste insuffisante pour atteindre la trajectoire de neutralité carbone d’ici à 2050 ou des –3% attendus dès 2025. Les quatre grands secteurs émetteurs, le transport (30%) suivi de l’agriculture, le bâtiment et l’industrie ont raté le premier budget carbone (2015-2018), or « La situation s’aggrave, nous devons redresser le cap et relancer la transition » précise Corinne Le Quéré. Les solutions pour un plan de reprise compatible avec les objectifs de transition bas-carbone sont pourtant connues et compatibles avec l’emploi. Il s’agit donc de prime abord d’adopter toute mesure favorable aux secteurs décarbonés.

Le HCC insiste également sur l’importance d’une transition juste qui touche aux questions de vulnérabilité, d’emploi et de bien-être, qui peuvent être un frein à la mise en œuvre de politiques climatiques.

Dans ces objectifs, le HCC identifie plusieurs mesures de sortie de crise en particulier :

– La rénovation énergétique des bâtiments,

– Les investissements dans les transports publics et les infrastructures de mobilité douce,

– Les mesures d’efficacité énergétique et d’électrification et la R&D dans l’industrie,

– L’augmentation du stockage de carbone dans les sols et le développement des protéines végétales,

– Le déploiement des énergies renouvelables.

 

« Si une seule recommandation devait être conservée de ce rapport, elle serait de bannir tout soutien aux secteurs carbonés du plan de reprise et de l’orienter le plus possible sur des mesures efficaces pour la baisse des émissions de gaz à effet de serre », disent les experts dans le rapport.

 

Pour Corinne Le Quéré, force est de constater que « le plan de reprise proposé par le gouvernement ne va pas dans le sens de nos recommandations » : « Les aides ont été allouées vers des secteurs très émetteurs — comme l’automobile ou l’aviation —, sans conditionnalité ferme concernant leur évolution vers une trajectoire compatible avec les objectifs climatiques », a-t-elle déploré. La baisse temporaire des émissions de CO2 résultant du confinement, estimée à – 13 % entre janvier et mai, « reste donc marginale par rapport aux efforts structurels à accomplir : nous avons toujours les mêmes voitures, les mêmes chauffages et les mêmes industries ».

L’évaluation des lois et politiques en fonction de leurs conséquences sur le climat n’a dans les faits, « pratiquement pas progressé » et « la nouvelle SNBC entérine un affaiblissement de l’ambition de court terme en relevant les budgets carbone ». « Le gouvernement a déclaré plusieurs fois qu’il allait prendre un virage écologique, mais … il n’est pas passé dans l’opérationnel » a commenté Corinne Le Quéré.

La Convention citoyenne pour le climat démontre que des personnes d’horizons géographiques, sociaux, politiques et culturels ci-différents peuvent pleinement percevoir l’urgence climatique et converger en quelques mois sur de nombreuses propositions d’envergure pour le climat et la justice sociale. Leurs propositions doivent être valorisées, mais l’État reste le garant de la mise en œuvre des politiques publiques climatiques et de leur équité, ainsi que de l’atteinte des objectifs climatiques de la France.

Le Haut Conseil pour le climat somme donc l’exécutif de rectifier le tir et « d’insérer le plan de reprise dans les limites du climat » : « Il existe peu de déficits que les États ne peuvent se permettre d’ignorer : le déficit carbone en est un. Il ne se rembourse pas à l’échelle de nos générations, et ses intérêts se payent sur nos conditions de vie. […] L’impact à moyen et long-terme des décisions qui seront prises dans les mois à venir ne doit pas être sous-estimé. Il fait peser une responsabilité particulière sur les dirigeants publics et privés qui vont devoir en décider. »


 
HAUT CONSEIL POUR LE CLIMAT. HCC Redresser le cap, relancer la transition Rapport annuel 2020 [en ligne]. juillet 2020. [Consulté le 8 juillet 2020].
Disponible à l’adresse : https://www.hautconseilclimat.fr/wp-content/uploads/2020/07/hcc_rapport-annuel-2020.pdf