Recensement des différents observatoires et données partagées sur les questions environnementales.

L’AIR

La Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie de 1996 reconnaît à chacun le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé. Ce texte, aujourd’hui intégré au Code de l’Environnement (Article L. 221-1 à L. 221-6) prévoit une surveillance de la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire national et une information du public.

PREV’AIR

Plate-forme nationale de prévision de la qualité de l’air du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES), PREV’AIR est l’une des composantes du dispositif français de surveillance et de gestion de la qualité de l’air, et vient en complément des informations fournies par les réseaux régionaux de mesure et d’observation « physiques » gérés par les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA). Elle est basée sur le résultat de simulations numériques et d’observations recueillies sur le terrain pour prédire et cartographier les concentrations de polluants atmosphériques réglementés.

PREV’AIR [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : http://www2.prevair.org/

 

L’ATMO

En Nouvelle-Aquitaine, l’Atmo fait partie des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA)

> ATMO Nouvelle Aquitaine [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.atmo-nouvelleaquitaine.org/

 

OMS

L’OMS en partenariat avec la Coalition pour le climat et l’air pur, mène une campagne mondiale visant à sensibiliser l’opinion publique à l’impact de la pollution atmosphérique sur notre santé.

 

Climat

Météo France propose de visualiser les évolutions du climat au travers de plusieurs outils. Il y a tout d’abord Climat hd, une application qui permet de se projeter dans les évolutions passé et futur du climat dans des simulations régionalisées.

> Climat HD – Météo France [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : ClimatHD : le climat passé et futur en France – Une application de Météo-France

Pour des diagnostics permettant de prendre en compte les phénomènes météorologiques locaux, Météo-France produit des projections fines à l’échelle de la France (résolutions allant de 8 à 50 km). Les résultats les plus récents sont mis à disposition du public et de la communauté scientifique sur le portail DRIAS, les futurs du climat.

Carte DRIAS : Indicateur sécheresse d’humidité des sols SSWI, scénario d’évolution intermédiaire de moyenne intensité, horizon 2055.

Cette carte offre un accès à une trentaine de paramètres et indicateurs climatiques, sur une grille de 8 km de résolution, simulés par plusieurs modèles et pour différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre, dont les scénarios RCP utilisés dans le dernier exercice du GIEC.

DRIAS | les futurs du climat [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : http://www.drias-climat.fr/

 

 

LE SOL

Géoportail

Données issues du programme Inventaire, Gestion et Conservation des Sols (IGCS) – volet Référentiels Régionaux Pédologiques (RRP). Carte réalisée par le Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Sols (GIS Sol) et le Réseau Mixte Technologique Sols et Territoires.

> Géoportail [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-des-sols

LE VÉGÉTAL

L’ Observatoire des villes vertes

réalise un palmarès des villes vertes de France parmi les 50 plus grandes villes en France. La dernière édition est de février 2020.

> Observatoire des villes vertes [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : http://www.observatoirevillesvertes.fr

 

Interbio Nouvelle Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine compte à la fin de l’année 2018, 6 157 fermes bio. Les surfaces bio, en croissance de 16% depuis trois ans, ont augmenté sur cette année 2018 de 27% à l’échelle régionale.

> Interbio Nouvelle-Aquitaine [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.interbionouvelleaquitaine.com/fr/la-bio-en-nouvelle-aquitaine/les-chiffres-cles

 

MOBILITÉ

CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)

Permet de suivre l’évolution des trafics sur les autoroutes périurbaines et les voies structurantes (périphériques, rocades, pénétrantes…) de différentes régions et agglomérations françaises. Il est possible de visualiser les effets du confinement et de la reprise progressive des activités et d’expoliter les données par territoire.

> Datawiz Cerema [en ligne]. [Consulté le 26 mai 2020]. Disponible à l’adresse : http://dataviz.cerema.fr/trafic-routier/

 

Biodiversité

L’Office français de la biodiversité (OFB)

Créé au 1er janvier 2020 par la loi n°2019-773 du 24 juillet 2019, l’Office français de la biodiversité est sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et regroupe les agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Unir ces deux établissements dans la lutte pour la protection de la nature, permet de rassembler des expertises et d’offrir un ancrage solide dans les territoires pour agir à l’échelle locale. Ce nouvel établissement public est responsable de 5 missions complémentaires : la connaissance, la recherche et l’expertise sur les espèces, les milieux et leurs usages; la police de l’environnement et la police sanitaire de la faune sauvage;
l’appui à la mise en œuvre des politiques publiques; la gestion et l’appui aux gestionnaires d’espaces naturels; l’appui aux acteurs et la mobilisation de la société. A cet égard, ci-dessous un document pour une approche standardisée de la compensation des atteintes à la biodiversité.

 

ECR Eviter -compenser-réduire – Carte des mesures compensatoires prescrites des atteintes à la biodiversité

Une mesure compensatoire d’atteinte à la biodiversité n’intervient que sur l’impact résiduel d’un projet d’aménagement, lorsque toutes les mesures envisageables ont été mises en œuvre pour éviter puis réduire les impacts négatifs sur la biodiversité. Elle vise à offrir une contrepartie positive à un impact dommageable non réductible provoqué par un projet, de façon à maintenir la biodiversité dans un état équivalent ou meilleur à celui observé avant sa réalisation.

Cliquer sur la Carte des mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité - Géoportail
Cliquer sur la Carte des mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité – Géoportail